11. juin, 2016

La tristesse du samouraï

de Victor del Arbol

 

Espagne, hiver 1941, sur un quai de gare. Une jeune femme et son petit garçon attendent le train. Un train qu'elle ne prendra jamais.

Espagne, hiver 1981, juste après la tentative de coup d'Etat militaire, dans une chambre d'hôpital. Une jeune femme est en train de mourir.

Ces deux femmes sont intimement liées, pas par le sang qui coule dans leur veines mais par celui qui a été versé tout au long de leurs histoires familiales croisées. Croisées entre elle et tissées avec l'Histoire.

 

Ce roman est la chronique d'un tremblement de terre et de ses répliques qui ont duré quarante ans : la guerre civile espagnole. Sans doute un des conflits les plus abominables et un de ceux qui a laissé le plus de cicatrices au sein d'un peuple, d'une société, des familles.

Le roman de Victor del Arbol est noir, très noir. Il est magnifiquement construit : le lecteur dispose assez rapidement de toutes les pièces du puzzle mais ne peut les associer que très tardivement.

L'écriture est un vrai bonheur. Je ne comprends hélas pas l'espagnol alors une mention spéciale au traducteur.

 

Roman

 

http://www.babelio.com/livres/del-Arbol-La-tristesse-du-samourai/333980#critiques